Histoire de Manteyer

Articles de Gilbert Guiony parus dans

« La Source »

journal associatif de la commune

(  En bas de page le 1er maire de  MANTEYER  )

Le cadastre ou Livre TERRIER de 1653 suivi de Séuse en 1789 ( Emile Allemand )

Tableau historique des Hautes-Alpes

MANTEYER publié en 1887

État ecclésial

La paroisse de Manteyer était sous le titre de Notre-Dame de Pomeriis ou des Vergers; le prieuré de Manteyer, qui appartenait à la prévôté de Chardavon, près de Sisteron, règle de Saint-Augustin, portait également ce titre. Postérieurement à 1516. ce prieuré qui avait beaucoup souffert des guerres de religion, fut uni à la cure. Il n’existait dans cette église qu’une chapelle sans titre connu. La cure était à la nomination des chanoines de Chardavon, qui percevaient, avec l’archidiacre du chapitre de Gap, les dîmes de la paroisse, qui dépendait de l’archiprêtré du Gapençais. Au XVIIe siècle, le prieur-curé était décimateur à la place des chanoines de Chardavon.

Ordres hospitalier

Les Templiers eurent à Manteyer des possessions assez importantes qui dépendaient de leur domaine de la Roche-des-Arnauds.
L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem succéda à celui du Temple. Il possédait à Manteyer, en 1667, un domaine de douze charges de blé de revenu.

Hôpitaux

Il existait, au XIVe siècle, à Manteyer, une maison hospitalière sous le titre de Sainte-Marie-Madeleine. Petit-être dépendit-elle de l’ordre du Temple, puis de celui de Saint-Jean, mais je n’en ai pas trouvé la preuve.

Administration et Justice

Manteyer faisait partie de l’élection et de la subdélégation de Gap. Le seigneur avait à Manteyer une juridiction inférieure à laquelle ressortissait également Saint-André de la Freissinouse ; elle s’exerçait à Gap avec appel au vibailli de cette ville.

État féodal

Manteyer appartenait d’abord à une famille de ce nom :

– Ricard de Manteyer, 1057
– Guillaume, 1110
– Guy, 1188
– Lantelme, 1248
– Rolland, 1250-1293, et Raymbaud, son frère, qui vend, en 1271, une moitié de la seigneurie majeure à l’évêque de Gap. Rolland eut un fils, Raymond, qui vendit en 1317 sa part au Dauphin, et deux filles nommées Béatrix et Bérengère, la seconde porta le quart de cette terre à Ferrand de Rosans, son mari, vers 1280
– Leur fils Féraud échangea cette seigneurie avec Guillaume Auger. Ce dernier était déjà propriétaire de la moitié de Manteyer qui lui avait été donnée en 1291 par Pierre Reynier, doyen du chapitre de Gap, son oncle, qui, lui-même, l’avait acquise de Béatrix de Manteyer. En 1318, le Dauphin et l’évêque de Gap se partageaient par égale part le haut domaine de Manteyer; ce dernier avait droit à deux cavaliers armés, fournis par les seigneurs inférieurs, Guillaume Auger possédait presque toute la seigneurie inférieure, sauf de petites parts appartenant aux familles Reynier, Flotte et d’Oze ; il l’aliéna on ne sait en faveur de qui, la racheta avant 1357 et la transmit à ses descendants qui, de père en fils, portèrent tous le prénom de Guillaume, jusqu’à Georges Auger qui en était seigneur en 1399; il mourut sans postérité, et sa soeur, Marguerite, femme de Jean de Varey, en hérita, 1460.
– Gaspard et Melchior de Varey vendent, pour 2,000 florins d’or, Manteyer à Bernadin de Clermont, le 19 janvier 1496, et le rachètent peu après; Gaspard teste en 1531
– Jean, son fils, 1531-1542
– Julien-Balthazard, 1542-1582
– Louise, sa fille, épouse d’abord de Balthazard de Baschi, puis de Charles du Faur,1582-1617
– Balthazard du Faur 1617-1636
– Étienne d’Aiguebelle, créancier du précédent fait saisir sa seigneurie, s’en rend acquéreur et la conserve, jusqu’en 1645
– Marie du Faur, épouse d’Étienne du Bousquet, la rachète, 1645-1660
– Charles du Bousquet, 1676
– Jean, 1700
– Marie, sa fille, épouse de Henri-Joseph de Quinson de Villardy, 1750
– Gabriel-Henri-Raymond, leur fils, 1772
– Jean-Joseph-André Pinet achète, 1783-1789
– Le 22 août 1299, Jean, comte du Gapençais, donna à Pierre Reynier, neveu du doyen du chapitre de ce nom, tous ses droits à Manteyer, la Freissinouse et Pelleautier, en franc fief. Celui-ci légua cette part de seigneurie à son frère, Francon d’Oze; Galburge de Manteyer, veuve de ce dernier, vendit ce fief à Raymond de Montauban, baron de Montmaur, avant 1350.
Histoire:
– 1271, 16 septembre, le sénéchal de Provence signifie à Othon, évêque de Gap, de cesser de faire la guerre aux seigneurs de Manteyer qui sont sous la protection du comte de Provence, et de rendre la veuve de Rolland de Manteyer qu’il avait enlevée
– 1308, 11 juillet, transaction entre l’évêque de Gap et Guillaume Auger et Osasica Flotte, seigneurs de Manteyer, par laquelle ces derniers reconnaissent lui devoir hommage pour la moitié de leur terre, et être obligés de tenir la bride de son cheval lors de son entrée dans Gap
– 1309, 25 octobre, transaction confirmative de la précédente
– 1500, 4janvier, transaction entre Gaspard de Varey, seigneur de Manteyer, et les consuls, relativement aux droits seigneuriaux, qui y sont spécifiés avec le plus grand détail. Cet acte très important est l’un des plus récents et des plus complets de cette nature qui existent dans les Alpes.

Biographie

MANTEYER (Rolland de), seigneur de Manteyer, de 1238 à 1293, fut un des personnages les plus influents du Gapençais au XIIIe siècle. Son influence fut heureuse et pacifique, il fut choisi pour arbitre dans une foule de différends entre les plus grands seigneurs, le Dauphin, l’évêque de Gap et les citoyens de cette ville.

Sur la carte de CASSINI du XVIII siècle Manteyer s’écrit   » MONTEYER » et Céüze ( ou Céuse) était  « Seuze »

Carte Cassini  ( cliquez sur le lien )